100% local
Marco Corbin, la Halte des Pèlerins

Marco Corbin, la Halte des Pèlerins

À quelques minutes du centre-ville de Sherbrooke, Marco Corbin défend avec énergie le développement du vin québécois.

C’est qui?

Marco Corbin, 42 ans, est le vigneron du domaine. La terre que possédait son beau-père Jacques Chabot était sur le point d’être transformée en plantation d’arbres. C’est lors d’un souper inspiré, en 1998, qu’ils en ont radicalement changé la vocation: elle deviendrait un vignoble. Les nouveaux associés ont planté leurs premières vignes l’année suivante, et le vignoble a ouvert ses portes en 2008.

Son parcours

Marco est un autodidacte qui a suivi plusieurs cours d’appoint – notamment à l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA), mais il a surtout assisté à bon nombre de cycles de dégustations offerts par des experts de la SAQ, au tournant des années 2000. Il a aussi appris la vinification auprès de quelques mentors qui l’ont accompagné. «Je trouve important d’avoir une bonne culture générale du vin», déclare-t-il.

Sa philosophie

Il estime faire le plus beau métier du monde: «Lors de tout événement heureux ou de toute rencontre amicale, il y a toujours du vin. Je suis un marchand de bonheur.» Pour lui, le travail de la vigne constitue un apprentissage constant. «Ni le plant ni le raisin ne sont les mêmes d’une année à l’autre. On ne peut appliquer une recette. Il faut s’adapter. C’est très stimulant, d’un point de vue intellectuel.»

Sa vision

Il est persuadé que combattre les préjugés entourant les vins québécois ne suffit pas: «Il faut les abattre et on peut y arriver, car on est entourés de gens ouverts d’esprit. Je suis convaincu que nous ne sommes qu’à l’aube d’une grande réussite vinicole.»

La Halte des Pèlerins

La Halte des Pèlerins est située à cinq minutes au nord du centre-ville de Sherbrooke, ce qui en fait un vignoble urbain! C’est la campagne en ville! Le secteur est champêtre et montagneux, et tout près du sanctuaire de Beauvoir.

Douze des 45 acres de ce vignoble sont consacrés au vin. À 225 mètres d’altitude, c’est l’un des plus hauts du Québec. La vendange des 20000 plants de vigne se fait entièrement à la main.

Neuf des 10 vins du domaine ont souvent été primés dans différents concours. On y fabrique deux rouges et deux blancs dont un demi-doux, un rosé, deux vins fortifiés de type porto, deux vins de glace, un blanc et un rouge, et un vin apéritif.

Plusieurs vins du domaine sont offerts sur SAQ.com

 

Photographe: Maude Chauvin

On vous recommande