Reportages
Le Rhône: une vallée, deux mondes

Le Rhône: une vallée, deux mondes

Le Rhône, plus que toute autre région viticole française, est à cheval sur deux mondes. Tour d’horizon du nord au sud, des vins de bistrot aux appellations de prestige.

Au-­delà de Lyon et de sa façade touristique, le Rhône est une vaste région de plus de 70 000 hectares de vignes – la troisième de France, derrière le Languedoc­-Roussillon et Bordeaux. Elle se divise en deux grandes zones bien distinctes.

De Lyon aux abords de la Méditerranée, la vallée du Rhône change passablement de décor et de climat. Pierre Gaillard, vigneron réputé, membre du trio créateur des Vins de Vienne, voit tout de même un point commun qui unit ce vaste monde vinicole: «Les vins du Rhône, c’est de la puissance, toujours avec de la fraîcheur.» On lui donnera facilement raison: quels qu’en soient la couleur ou les cépages, les cuvées ne manquent pas de caractère, sans trop tomber dans les excès confiturés et boisés. Pour le reste, Gaillard comme ses collègues le reconnaîtront d’emblée: le Rhône est à cheval sur deux mondes.

+Découvrez les vins de la Vallée du Rhône

Au nord, c’est le royaume de la syrah, avec son poivré typique, et son fruité énergique et frais. Le paysage y est époustouflant: la vigne, cultivée sur d’étroites terrasses, au­-dessus des villages, s’accroche pratiquement à des falaises, tant les coteaux y sont abrupts. Au sud, sur de vastes plaines, collines et plateaux rocailleux, et pleins de chaleur, le grenache est majoritaire. Il est toujours assemblé avec d’autres cépages – mourvèdre, syrah, carignan et cinsault, essentiellement. Résultat: dans les rouges, un registre d’épices et de petits fruits, de garrigue et d’olive noire, et dans les blancs, des arômes tout ronds de fleurs et de fruits tropicaux. Amoureux du grenache, Pierre Gaillard aurait bien aimé en planter dans son coin de pays, «mais il ne mûrit pas dans le nord du Rhône», note­-t-­il tout simplement.

Quand on suit les routes sinueuses qui longent la vallée, on voit clairement apparaître les contrastes entre ces deux sous­-régions. Entre Lyon et Valence, dans les endroits où il n’y a pas de vigne, on aperçoit de grands vergers – pommes, pêches, cerises et surtout, abricots. Passé Montélimar, à mesure qu’on se rapproche de la Méditerranée, les oliviers et la garrigue prennent le relais, dans un climat plus sec et plus chaud, où le chant des grillons et des cigales gagne en volume. Les cépages et les styles des vins sont, logiquement, à l’avenant.

+Découvrez les vins du Rhône

Quelques appellations sont aussi entièrement dédiées aux blancs (saint­-péray, en roussanne et marsanne, et condrieu, 100% viognier). Une appellation est consacrée au rosé (tavel). Une autre encore ne fait que des vins doux naturels (muscats de beaumes-­de-­venise). Bref, une région diversifiée et plutôt complexe avec ses 26 appellations et 18 «villages» (dans l’appellation côtes­-du­-rhône).

Les locomotives du Rhône

On serait porté à croire que les multiples facettes des vins du Rhône pourraient rebuter certains amateurs. Or, la région est reconnue et aimée sans difficulté, un peu partout sur la planète. Les exportations sont en croissance, et les grandes revues du vin apprécient tout autant les rapports qualité-prix que les vins les plus prestigieux.

René Rostaing, producteur émérite de côte-­rôtie, souligne le rôle important des appellations dans le prestige et la réussite du Rhône. En chœur avec Gaillard, il indique sa préférence pour son appellation natale – évidemment! «C’est nous, en côte-­rôtie, qui avons le plus d’élégance, de race et de fraîcheur. Mais les autres ont leurs qualités», s’empresse­t­il de reconnaître. Il explique combien on gagne en structure et en ampleur lorsqu’on descend vers le sud, jusqu’à atteindre le caractère expansif et généreux des châteauneuf-­du­-pape, issus de ces célèbres terres de galets roulés et chauffés par un soleil puissant.

Si le nord vit de ses appellations, bien définies et mises en valeur, le sud ne peut pas compter autant sur les siennes pour faire sa publicité. «Grâce à un bon coup d’accélérateur de Robert Parker, il n’y a à peu près que châteauneuf qui ressort, au sud, spécifie Rostaing. Les fortes identités y sont moins nombreuses; il y a plus d’homogénéité.» Puisque les assemblages de cépages peuvent se ressembler beaucoup, il est plus difficile de souligner le caractère spécifique d’un vacqueyras par rapport à un gigondas, ou d’un village de côtes­-du-­rhône par rapport à un autre.

Pour compliquer les choses, les millésimes peuvent se manifester très différemment, une même année, d’un bout à l’autre de la vallée. «Il y a du soleil et de la chaleur, mais côté précipitations, le Rhône peut être proche de Bordeaux et de la Bourgogne», indique Sophie Mage, du Domaine de Fontbonau. Devant toutes ces variations, il faut une expertise considérable pour reconnaître à coup sûr les spécificités d’une appellation du sud – mais est­ce bien grave, tant que le vin est bon? D’autant plus que les millésimes récents ont donné des vins exceptionnels, et en bonne quantité, un véritable privilège dans des années passablement exigeantes, en France.

Au-­delà des appellations, la renommée de la région entière repose sur une distribution qualitative et bien menée. «Le Rhône a depuis longtemps bénéficié de fortes locomotives, explique encore René Rostaing: du bon négoce, en plus des bons producteurs.» À une époque où bien des régions expédiaient du vrac, les négociants du Rhône vendaient en bouteilles et mettaient en valeur les appellations. Souvent basées dans le nord, mais distribuant les vins de toute la région, les grandes maisons comme Guigal, Chapoutier, Delas, Jaboulet ou Perrin ont su ainsi amener le Rhône sur les tables du monde entier. C’est en combinant avec astuce l’art du vin et celui du commerce que le Rhône a pu faire vivre ses vignerons et maintenir son prestige à l’échelle planétaire.

Les bars à vins sont légion dans toute la vallée du Rhône. Ils ont souvent des noms évocateurs, comme ici, le Bar à Gones. «Goneries» signifie «bouchées», en patois lyonnais.

On vous recommande

  • Reportages
    Prestigieux vins italiens

    Prestigieux vins italiens

    Retrouvez l’Italie viticole dans toute sa diversité.
  • Reportages
    Bonheur au Chili

    Bonheur au Chili

    Gros plan sur le vignoble chilien, dont les produits sont des incontournables pour les amateurs de vin.
  • Reportages
    Les vins nouveaux

    Les vins nouveaux

    Les vins nouveaux sont arrivés! Voici comment les déguster.