Reportages
Portrait de la Sicile

Portrait de la Sicile

Riche en histoire et revitalisée par des vignerons allumés, la Sicile offre quantités de trésors viticoles originaux. Des vins qui font merveille avec une gastronomie unique et ensoleillée.

L’histoire du vin en Sicile est très ancienne. Les premiers vignobles remontent au 8e siècle avant Jésus-Christ, soit à l’arrivée des Grecs sur cette île située entre la péninsule italienne et l’Afrique du Nord. À l’époque de l’Empire romain, les Siciliens exportaient déjà des vins vers le continent africain et la péninsule italienne. Ce commerce s’est poursuivi de façon quasi continue jusqu’à nos jours, bien que les vins et les marchés ont bien changé au fil des siècles. Si la majorité de la production provient toujours de coopératives, la Sicile a connu une véritable révolution qualitative depuis quelques décennies, grâce à des producteurs importants comme Duca di Salaparuta, Regaleali, Donnafugata, Cusumano et Planeta, qui ont modernisé les techniques dans les vignes et au chai. Plusieurs producteurs ont engagé des œnologues réputés, et des régions comme Vittoria, au sud, et l’Etna, à l’est, travaillent fort pour montrer que les cépages locaux possèdent un caractère remarquable et un grand potentiel.

+Découvrez les vins de la Sicile

 

Les cépages rouges

Les cépages internationaux, comme la syrah ou le cabernet-sauvignon, ont été mis à l’honneur par les producteurs qui cherchaient à moderniser les vins siciliens; ils connaissent un succès certain. En mettant l’accent sur les cépages locaux, on se tournera d’abord vers le plus connu et le plus planté sur place, le Nero d’Avola, qui donne des vins généreux et colorés, aux saveurs de fruits noirs bien prononcées. On l’assemble avec le frappato, plus léger, dans les excellents cerasuolo di Vittoria. Le frappato, en tant que vin de cépage, a une couleur qui rappelle le pinot et des arômes floraux enivrants. Il a gagné fortement en popularité ces dernières années, grâce au travail de producteurs comme Arianna Occhipinti et COS. Sur l’Etna et dans le nord-est de la Sicile, le nerello mascalese domine, en compagnie du nerello cappucio. Le premier, relativement tannique et doté d’arômes épicés, mûrit tardivement et garde son acidité, tandis que le second offre fruit et rondeur – un assemblage idéal.

Les cépages blancs

Du côté des blancs, les vins doux ont longtemps été à l’honneur en Sicile; la malvasia et le muscat demeurent à la base des meilleurs vins parmi ces liquoreux très aromatiques. Toutefois, le cépage le plus planté dans la région (et dans l’ensemble de l’Italie) est le catarratto: s’il peut donner des cuvées rafraîchissantes et minérales, il est trop souvent utilisé pour produire des vins insipides – ou encore pour produire du concentré, qui sert à rehausser le taux de sucre des vins blancs italiens dans les régions moins ensoleillées. Pour les blancs locaux, en vins secs, on se tournera plutôt vers l’inzolia, assez aromatique et doté de notes de noisette, et encore plus vers le grillo, un cépage moins aromatique, mais bien structuré, qui sert aussi de base aux meilleurs marsalas.

Et dans l’assiette?

La situation géographique de la Sicile en a fait un carrefour de cultures exceptionnel: Grecs, Carthaginois, Romains, Arabes, Normands et Espagnols se sont succédé à sa tête au fil des siècles, et leurs influences se mélangent beaucoup dans l’assiette. C’est ainsi qu’on trouve des plats aux olives d’inspiration espagnole aussi bien qu’une forme de couscous qui trahit l’influence arabe – mais qui est servie avec des fruits de mer, très populaires dans l’île. Les sardines sont fréquemment cuisinées, mélangées avec des pâtes, farcies et cuites au four, etc. Les légumes abondent, à commencer par la courgette (en fleurs ou en légume), l’aubergine et la tomate. Ces deux derniers légumes sont à l’honneur notamment dans la caponata, un ragoût d’aubergines un brin vinaigré. On fait aussi des plats originaux avec du poulet (à l’orange ou aux pignons et aux raisins secs), du bœuf (le farsumagru, un genre de rôti roulé et farci) ou du veau (escalopes variées). Dans le tout simple, on ne peut passer à côté des panelle: si vous avez la chance de déguster ces petites galettes frites faites de farine de pois chiches, aériennes et savoureuses, vous en redemanderez aussi souvent que possible. Au dessert, comment ne pas se délecter des pignolata, des petits beignets généreusement arrosés de miel, ou encore d’une cassata, un gâteau unique qui réunit ricotta, chocolat, fruits confits et pâte d’amandes?

+Plus de portraits de vins d’Italie:

Portrait de la Toscane

Portrait du Piémont

On vous recommande